Le 15 Février, une nouvelle plateforme d’emploi, JOBAMAX, ouvrira ses portes digitales au grand public. Alexandre Guenoun, le CEO, nous explique en avant-première comment JOBAMAX s’introduit sur ce marché croissant, et révèle les tenants et aboutissants de son business model.

 

Vous lancez une plateforme d’emploi, qu’est-ce qui la distingue des autres ?

Alexandre Guenoun : Jobamax est une plateforme qui cherche à révolutionner les méthodes de recrutement via une application mobile. Nous allons créer un éco-systeme autour du monde du travail. D’une part, la rencontre entre les demandeurs d’emploi et les recruteurs sera facilitée par un concept de swipe, des vidéos de présentations. D’autre part, les utilisateurs pourront se former grâce à des masterclass, suivre en live des conférences sur divers sujets et enfin accéder à des cours en ligne. Aucune plateforme d’emploi sur le marché ne comprend pleinement les besoins de leurs utilisateurs. Les demandeurs d’emploi ont besoin de trouver des offres adéquates à leur profil et ont besoin de pouvoir postuler à des offres rapidement. Nous savons à quel point ces recherches d’emplois peuvent être longues et fastidieuses. Les recruteurs quant à eux cherchent l’efficacité maximale lorsqu’ils recrutent. Nous avons réussi à concilier ces deux exigences. Par ailleurs, nos tarifs sont très concurrentiels.

 

 

Quelles cibles de marché souhaitez-vous toucher ? 

Alexandre Guenoun : Jobamax s’adresse à tous ceux qui cherchent du travail. Notre cible de prédilection reste les jeunes à la recherche d’un stage, d’une alternance et de premiers jobs.

Du point de vue des entreprises, notre cible est assez large. Des TPE comme des grandes entreprises peuvent profiter du service et de son éco-système.

Tout le monde a sa place au sein de JOBAMAX, pour y trouver un emploi, recruter ou se divertir grâce à nos contenus vidéos.

 

 

Quelles sont les valeurs de l’entreprise ? 

Alexandre Guenoun : Améliorer l’inclusion sociale en favorisant une recherche d’emploi efficace et rapide. Nous voulons réduire la porosité qui existe sur le marché du travail en augmentant sa transparence et sa flexibilité. Nous ne vendons ni un produit ni un service mais une expérience.

 

Comment vous est venue l’idée ?

Alexandre Guenoun : J’avais deux amis en face de moi, un s’arrachant les cheveux à chercher un stage et l’autre heureux de matcher sur Tinder. C’est à ce moment là que j’ai songé pour la première fois à JOBAMAX.  Par la suite, j’ai pris le temps d’aller au contact des potentiels utilisateurs afin de cerner leurs besoins dans les moindres détails, notamment via de nombreux tests utilisateurs. L’objectif était de créer la solution la plus complète et la plus précise, peu importe le temps que ça prenait.

 

Aujourd’hui où en est Jobamax ? 

Alexandre Guenoun : Jobamax sort son site web le 15 février. Les utilisateurs pourront s’inscrire et avoir une vision plus précise de l’écosystème Jobamax.
Le lancement de l’application mobile est prévu pour le printemps 2021. Si vous le souhaitez, vous pouvez commencer à nous suivre sur nos réseaux sociaux. Nous vous préviendrons dès que le site internet sera effectif. Nous organiserons aussi un jeu concours peu de temps avant le lancement de l’application mobile afin de toucher un maximum d’utilisateurs. 

 

 

En quelques chiffres, quels sont vos objectifs pour la première année ?

Alexandre Guenoun : Avant le lancement de l’application en mai, nous espérons avoisiner les 15 000 pré-inscriptions. Par la suite, une fois l’application sur le marché, nous chercherons à croitre de manière exponentielle. L’objectif est d’atteindre la barre des 100 000 utilisateurs en France d’ici mai 2022 tout en gardant en tête une répartition la plus stable possible entre le nombre de recruteurs et de demandeurs. En interne, nous comptons être 10 dans l’équipe d’ici 2022 et nous recrutons activement un stagiaire pour s’occuper du marketing.

 

Comment s’est passée votre recherche de financement ?

Alexandre Guenoun : Nous avons déjà levé des fonds auprès d’investisseurs privés. Cependant, nous souhaitons lever des fonds dès que l’application mobile sera sur le marché. Ces fonds d’amorçage nous permettrons de recruter, investir dans le marketing et la communication et enfin améliorer notre technologie.

 

Votre business model est fondé sur le principe d’abonnement pour recruteurs. Comment va-t-il fonctionner ?

Alexandre Guenoun : En effet, nous serons 100% gratuit pour les demandeurs d’emploi. Nous pensons qu’accompagner les demandeurs d’emploi dans leur recherche ne devrait pas être un service payant. De même pour notre éco-système, il vient en complément comme une sorte de divertissement éducatif. Nous nous rémunérons sur les abonnements des recruteurs à des prix qui restent bas par rapport à la concurrence.

 

Comment la crise sanitaire a affecté votre marché ?

Alexander Guenoun : La crise du Covid-19 a mis un frein historique au marché de l’emploi en France. Jobamax fera son maximum, à son échelle, pour permettre à chacun, selon ses besoins, de trouver ce qu’il cherche rapidement et assurément.

Pour en savoir plus, ça se passe juste ici : https://www.linkedin.com/company/jobamax

Jobamax application

Une interview réalisée par Laetitia Benayoun

Catégories : ACTUS