GEM Entreprendre t’en apprend plus sur la culture urbaine avec un nouvel article de son pôle blog : entreprendre dans le rap. 

GEM Entreprendre - Entreprendre dans le rap

Jimmy Iovine et Dr Dre

En 2014 sortait dans les bacs l’album Jeunes entrepreneurs du groupe L’Entourage. Le rap français est rempli d’entrepreneurs qui ont une large vision : le S-Crew avec le label Seine Zoo Records sous lequel tous les albums de Nekfeu sont sortis ou encore Deen Burbigo, membre de L’Entourage qui a créé en 2019 son propre label : “Saboteurs records”.

Le label dans le rap, et dans la musique en général, c’est une “marque”, à savoir, une société qui va s’occuper de la communication marketing autour de l’artiste, de son projet et également la vente et de toute commercialisation des morceaux de musique. Ces rappeurs français qui lancent leurs labels espèrent populariser les musiques qu’ils mettent en avant.

C’est un pari réussi pour le Seine Zoo Records quand on sait que sur les trois albums de Nekfeu, deux ont été disques de diamants (+500.000 équivalents vente) en France et que le dernier sorti en Juin 2019 est déjà triple disque de platine (+300.000 équivalents vente).

La tendance française semble même être au boycott des maisons de disque, avec des figures du rap underground français tels que Hugo TSR qui ne signent même pas de contrat avec les majors du disque. Par ailleurs, certaines têtes d’affiche du rap français ont leur propre label, comme PNL avec QLF Records.

Le rap français n’est pourtant pas le berceau des rappeurs entrepreneurs : on retrouve le même phénomène aux États-Unis des années plus tôt avec ceux qui sont aujourd’hui dans les plus grosses fortunes du rap US.

Dr. Dre, Jimmy Iovine, l’exemple des entrepreneurs américains désormais au sommet :

Dr Dre est un rappeur et producteur de musique né à Compton, sur la West Coast. Jimmy Iovine est, quant à lui, un producteur de musique et homme d’affaire né à Brooklyn. Ce sont deux figures de l’entrepreneuriat dans le rap, et cette même passion va les unir et les pousser au sommet. Voici un bref tour d’horizon des raisons de leur succès :

Jimmy Iovine n’a pas de diplôme : fils d’immigré italien arrivé aux USA, il débute en tant que balayeur dans un studio d’enregistrement de musique.

Il découvre très tôt son attrait pour la musique et devient rapidement ingénieur du son à Record Plant Studios, et travaille notamment pour John Lennon. Mais, c’est en tant que producteur que son talent se révèle : il produit pour Bruce Springsteen et U2. Son premier label cofondé en 1989 avec Ted Field, Interscope, produit des rappeurs de renommée internationale tels que Eminem.

Ce label en collaboration avec Shady Records, le label d’Eminem, publie en 2000 The Marshall Mathers LP qui deviendra rapidement l’album de rap le plus vendu de l’histoire avec une vente de 1,76 millions d’exemplaire la première semaine.

De son côté, Dre est un fan de hip-hop qui débute sa carrière en tant que DJ en boîte de nuit. Il lance son label “Ruthless Records” avec easy-E et popularise le gangsta rap en le produisant avec des textes écrits par Ice-cube.

Originaire de Compton, il souhaite fédérer les habitants des banlieues américaines. Easy-e n’a jamais rappé mais, produit par Dre, il devient très vite populaire. En 1986, il fonde le groupe N.W.A avec les membres de Ruthless lorsque Ice Cube écrit “Boyz-n-the-Hood”. Lorsque que Easy-e sort son premier Lp (un album) en solo “ Eazy-duz-it” en 1988, Dre le produit et l’album atteint la 41e place du billboard 200 US, une réussite pour le gansta rap.

Désormais reconnu pour ses talents de producteurs, Dr Dre fait la rencontre de Jimmy Iovine et fonde un label “Death Row Record” sous la tutelle de la maison de disque Interscope. Cependant, en raison d’un problème de contrat, Dre quitte la label et fonde “Aftermath Entertainment”, toujours sous la protection d’Interscope et produit Tupac et Snoop Dogg. C’est également ce label qui produit deux des musiques de Slim Shady Lp, le deuxième album d’Eminem. Son 2nd album solo “2001” qu’il produit sous les labels Aftermath et Interscope sera certifié six fois disques de platine.

Les raisons du succès :

“You are now about to witness the strength of street knowledge” (Tu es maintenant sur le point d’assister à la puissance du savoir de la rue) : C’est avec cette phrase que Dr. Dre commence l’album “Straight Outta compton” et c’est également la première phrase du film du même nom.

On la connaît, cette puissance du “street knowledge”, c’est la même qui a propulsé au sommet du rap game les plus grands rappeurs de l’histoire comme Tupac Shakur et Notorious B.I.G. D’ailleurs, ce qui a fait monter Dr. Dre, c’est ce que les médias ont renommé le “gangsta rap”, ce rap qui parle de la rue, de ce qu’il s’y passe et qui raconte l’histoire de ces jeunes qui grandissent sans modèle et qui s’en sortent comme ils peuvent.

En tant qu’artiste et producteur, Dre s’est engagé dans cette voie là et s’y est maintenu parce qu’il avait un public de plus en plus large. Le genre du “gangsta rap” s’est rapidement diffusé hors des USA et a conquis le monde entier.

Interviewé par Clique, Jimmy Iovine confit que lorsqu’il a commencé à travailler avec Dre, son distributeur l’a appelé en lui disant que « ça ne sert à rien de le payer autant, il n’en vaut pas la peine, personne ne l’écoute en Europe. […] c’est un phénomène local, une mode, ça va passer » (sic) .

Or, Jimmy Iovine est un visionnaire, il a le talent de repérer les talents : c’est ce qui fait qu’il est un très bon producteur. Mais au fond, pour Dr Dre et lui, c’est leur passion pour la musique et leur volonté de faire découvrir au monde les talents repérés qui est le moteur de leur succès.

S’ils ont lancé les casques audios Beats, c’est avant tout pour que les utilisateurs puissent écouter de la musique comme Dre et Iovine l’écoutent. Ils ne cherchent pas à suivre la tendance : au moment où tout le monde écoutait du gangsta rap, Dre a produit Eminem pour un succès phénoménal.

Finalement, on reconnaît bien l’âme d’un entrepreneur qui met tout son temps et son énergie à porter un projet dans lequel il croit.

De producteurs entrepreneurs à hommes d’affaires :

En 2008, Jimmy Iovine et Dr. Dre co-fondent Beats Electronics. Ensemble, ils vendent des casques audios commercialisés sous le nom de Beats by Dre. En Mai 2014, Apple entreprend de racheter l’entreprise pour 3 milliards de $.

Aujourd’hui, Dre est l’un des artistes de rap les plus riches au monde avec une fortune de 800 millions de $. Il est internationalement reconnu pour les artistes qu’il produit et pour ses talents artistiques. Nominé 26 fois, Andre Young de son vrai nom à obtenu six Grammy awards. Pour sa part, Jimmy Iovine, travaille pour Apple et demeurait jusqu’en 2014 le CEO d’Interscope, devenue l’une des plus grosses maisons de disque du monde.

En complément :

N’oublions pas que le milieu de la musique est très difficile pour les jeunes artistes et que les maisons de disque possèdent un monopole quasi-total de l’industrie musicale : les trois plus grands labels possèdent à eux seuls 70% du marché. Je vous laisse écouter “Jimmy Iovine” (Pour accéder au titre : https://youtu.be/cJXuDGL5ooE) sorti sur l’album Heist de Macklemore et Ryan Lewis et vous faire votre propre idée des labels.

Article rédigé par Alban Suard, étudiant de première année à Grenoble Ecole de Management, et membre du pôle Blog de GEM Entreprendre.

Catégories : ACTUS