Le constat est simple. De nombreux sportifs professionnels encaissent des sommes astronomiques à la signature de leurs contrats, sans forcément avoir reçu d’éducation financière leur permettant de préparer leur reconversion. Pour certains d’entre eux, l’aventure tourne au cauchemar. C’est le cas de l’ancien olympien Wilson Oruma ou de l’ex-gunner Emmanuel Eboué, deux millionnaires ruinés dans les cinq années qui ont suivi la fin de leurs carrières.

GEM Entreprendre s’est entretenu avec l’un de ces conseillers devenus indispensables à la carrière d’un footballeur : les gestionnaires de patrimoine.

Il s’appelle Thibaut Urien, il a aujourd’hui 33 ans et dirige ISF Sports une PME spécialisée dans la gestion de patrimoine des sportifs de haut niveau basée à Nice. Originaire de Troyes, il a su faire ses preuves en jeune en tant que gardien de but pour l’ESTAC.


Une partie de l’équipe de International Sport Finance, de gauche à droite : Flavien Belson, Thibaut Urien, Elise Jacquinet, Sébastien Rancurel, Maud Grimaux, Maxime Renier et Renaud Dalbera.

Après un passage par le centre de formation de l’INF Clairefontaine, il signe un premier contrat à Reims et intègre l’effectif pro avant que de lourdes blessures à répétition ne viennent briser ce rêve d’enfant.

Mais ce coup dur n’a pas mis un terme aux espoirs de réussite de l’ex portier troyen qui, grâce à une Licence d’économie entamée en parallèle de ses activités sportives, obtient un Master en gestion internationale de fortune à l’IAE de Nice. Cette formation en alternance lui permet de connaître le fonctionnement d’un cabinet dédié aux sportifs de haut niveau, dont les clients sont principalement des cyclistes et des handballeurs.

Ce métier de gestion « globale » a pour objectif de conseiller le sportif du point de vue immobilier, financier, fiscal, juridique, des assurances etc. … Car, être conseiller en gestion de patrimoine c’est « aider le sportif à placer de l’argent dans le but de préparer sa reconversion notamment dans l’immobilier par l’achat de biens » nous confie Thibaut. « Il faut veiller à ce que tous les clients paient leurs impôts conformément au pays dans lequel ils travaillent puis s’occuper de les assurer et chercher des solutions d’optimisation fiscale ».

Après l’obtention de son diplôme, Thibaut Urien reste deux années supplémentaires dans le cabinet qui l’a formé avant d’être rattrapé par son envie d’entreprendre. Il décide de se concentrer sur le patrimoine des footballeurs.

Il a pour premier client Djibril Sidibé, un autre natif de Troyes : « Il était tout juste pro mais ne gagnait pas une somme d’argent impressionnante, je l’aidais à placer 200€ de temps à autre ».


Djibril Sidibé et Thibaut Urien le 17 mai 2017 au stade Louis II de Monaco, soir du sacre de Champion de France

À force de rigueur, le travail de l’entrepreneur paie puisqu’il rencontre Renaud Dalbera fondateur de Smart Invest Patrimoine avec qui il crée ISF Sports. Aujourd’hui, Thibaut est à la tête d’une affaire qui gère le patrimoine d’un peu plus de 100 sportifs en Europe dont Antony Martial, Maxwel Cornet, Jordan Amavi, Allan Saint Maximin, Karl Toko Ekambi ou encore Geoffrey Kondogbia.

Le secret de son succès, nous confie-t-il, est l’implication dont lui et ses conseillers font preuve pour chacun de leurs clients. Car en effet, ISF Sports s’occupe d’encadrer la carrière des footballeurs dans quasiment tous ses aspects. Cela peut aller du simple « family office » (problèmes du quotidien, traitement du courrier de certains joueurs) aux conseils avant une signature de contrat, en passant par des recommandations sur la communication ou les choix marketing des joueurs.

L’aventure vous tente ? N’ayez pas peur de vous lancer ! Thibaut nous l’assure, si « on a les compétences nécessaires, un but et de la volonté, il n’y a pas de raison que cela ne marche pas ». Mais attention à ne pas se faire avoir par les métiers de passion car « il faut bien faire la part des choses » et « être encore plus exigent envers soi-même, ne pas se laisser entraîner par une admiration qu’on aurait pour un joueur ».


Thibaut Urien le 9 août 2018 à Troyes venu accompagner Blaise Matuidi et Djibril Sidibé, deux anciens de l’ESTAC, lors de la présentation de la coupe du monde à l’Hôtel de Ville

Propos recueillis par William Benhayoun, membre du pôle Blog de Gem Entreprendre.


0 commentaire

Laisser un commentaire